CONTACT    ACTIVITÉS    PRESSE    EDUCATION & LECTURE    LIVRES    PLANTES    LÉGENDES    RECETTES


Dulce Rodrigues, écrivain

pages en français   pages en portugais   pages en anglais

BIENVENUE

QUI SUIS-JE ?

MES LIVRES

AGENDA D'ACTIVITÉS

ÉDUCATION & LECTURE

THÉÂTRE JEUNESSE

PORTUGAIS:
Langue pleine de charme

ÉPHÉMÉRIDES & HISTOIRE

NOS AMIES LES PLANTES

LÉGENDES DU MONDE

RECETTES PORTUGAISES

BLOGUE "ALI BABA"

PRIX LITTÉRAIRES

BIBLIOGRAPHIE

ILLUSTRATEURS

 

Livre d'Or

LIVRE d'OR

 
 

LES FRAISES IMPORTÉES D’ESPAGNE

Posté par Dulce Rodrigues le 14 avril 2010

 

J'aimerais vous parler du danger des fraises produites hors saison en Espagne. Je vous donne les renseignements (extraits de l’article par Claude-Marie Vadrot dans Politis du jeudi 12 avril 2007) et je vous suggère non seulement le moyen d’y échapper mais aussi d’utiliser votre pouvoir de citoyen pour combattre ce fléau. Ensuite, à vous la liberté de prendre votre décision... et d’aller au marché acheter des fruits de saison.

Les fraises espagnoles cultivées en serre, sont-elles mangeables?

La réponse est "NON"!

fraises espagnoles

Depuis quelques années, on trouve dans les petits supermarchés ou dans les grandes surfaces toutes sortes de fruits hors saison. Nous le savons tous – même si parfois on fait semblant de l’ignorer – que ce qui est bon pour la santé c’est de manger les fruits et les légumes de saison. Aujourd’hui je vais me pencher sur les fraises espagnoles… enfin, si on peut appeler "fraises" ces gros trucs rouges qui ressemblent plutôt à des tomates… et dont le goût – s’ils en ont – est d’ailleurs à peu près celui des tomates...

Mais si le seul problème posé par ces fraises produites en serre était leur fadeur, on serait encore heureux... Malheureusement, il y en d’autres problèmes bien plus graves, à commencer par le fait que cette agriculture couvre près de six mille hectares, dont une bonne centaine empiète déjà en toute illégalité – pourtant tolérée par le pouvoir régional – sur le parc national de Doñana, une fabuleuse réserve d'oiseaux migrateurs et nicheurs d'Europe.

Pour mettre ces fraises sur les marchés européens, des milliers de kilomètres doivent être parcourus en camion. À dix tonnes en moyenne par véhicule, ils sont environ 16.000 par an à faire un parcours valant son pesant de fraises en CO2 et autres gaz d’échappement.

Mais les dangers causés par cette agriculture ne s’arrêtent pas là. Savez-vous comment ces fraises espagnoles sont-elles cultivées?

Le fraisier est une plante vivace productive plusieurs années. Pourtant, les fraisiers destinés à cette production en serre sont détruits chaque année. Pour donner des fraises hors saison, les plants produits in vitro sont placés en plein été dans des frigos pour simuler l'hiver, ce qui fait avancer leur production.

À l'automne, la terre sableuse est nettoyée et stérilisée, et la microfaune détruite avec du bromure de méthyle et de la chloropicrine. Le bromure de méthyle est un poison violent interdit par le protocole de Montréal sur les gaz nocifs à la couche d’ozone. La chloropicrine, composée de chlore et d’ammoniaque, n’est pas moins dangereuse; elle bloque les alvéoles pulmonaires.

Les fraisiers poussent sur un plastique noir et reçoivent une irrigation qui transporte des engrais, des pesticides et des fongicides. Ils sont alimentés en eau par des forages, dont la moitié a été installée de façon illégale. Ceci transforme en savane sèche cette partie de l’Andalousie, entraîne l'exode des oiseaux migrateurs et la disparition des derniers lynx pardel, car ces petits carnivores – dont il ne reste plus qu'une trentaine dans la région – se nourrissent de lapins, eux aussi en voie de disparition. D’un autre côté, pour faire place aux fraisiers, au moins 2.000 hectares de forêt ont déjà été rasés.

La production et l'exportation de cette fraise espagnole se fait dès avant la fin de l'hiver et sa saison se termine au début du mois de juin. Les ouvriers sont alors priés de retourner chez eux ou de s’exiler ailleurs en Espagne. S’ils ont contracté des maladies à cause des produits nocifs qu'ils ont respiré, ils ont le droit de se faire soigner... à leurs frais.

La plupart des producteurs de ces fraises espagnoles emploient une main-d'œuvre marocaine, des saisonniers ou des sans-papiers sous-payés et logés dans des conditions précaires. Pour se réchauffer le soir au cœur de l’hiver, ces ouvriers brûlent les résidus des serres en plastique recouvrant les fraisiers. De toute façon, chaque année à la fin de la saison de culture, les cinq mille tonnes de plastique utilisées seront soit emportées par le vent, soit enfouies n’importe où et n’importe comment, soit brûlées sur place... Inutile de dire que dans cette région d’Andalousie, où prospère cette aberrante agriculture, les maladies pulmonaires et les affections de la peau sont en forte explosion.

Qui s'en soucie?

Personne!

Pour quelle raison les médias ne parlent-ils pas de l’affaire?

Des mystères de ce qui n’est pas politiquement et économiquement correct...

Quand la région sera ravagée et la production trop onéreuse, elle sera transférée au Maroc, où les industriels espagnols de la fraise ont déjà commencé à s'installer... Puis, ils iront probablement en Chine... La population européenne encore en vie sera malade et au chômage... mais heureuse d’acheter des produits bon marché.

Que pouvons-nous faire pour combattre ce fléau?

Chacun de nous est libre d’agir en toute conscience et connaissance de cause: acheter ou boycotter l’achat de tout article qui ne soit pas produit conformément aux lois de la nature et/ou des droits humains. Nous avons tous le choix du boycotte individuel. Et si la majorité des citoyens en agissaient de la sorte, ces grands "requins" économiques seraient obligés de changer leurs méthodes, sous peine de périr eux aussi. À vous de choisir de prendre votre avenir entre vos mains!

© Dulce Rodrigues

 
 
  << Retour  
 



LIVRES JEUNESSE

 

AUTRES LIVRES

 

TEXTES de THÉÂTRE

 

WEB ENFANTS

site jeunesse Barry4kids, en quatre langues  

Suivez Dulce Rodrigues sur Google

Suivez Dulce Rodrigues sur Facebook Suivez Dulce Rodrigues sur YouTube Suivez Dulce Rodrigues sur Pinterest Suivez Dulce Rodrigues sur LinkedIn

 
Copyright © Dulce Rodrigues, 2000-2016. Tous les droits réservés.