CONTACT    ACTIVITÉS    PRESSE    EDUCATION & LECTURE    LIVRES    PLANTES    LÉGENDES    RECETTES


Dulce Rodrigues, écrivain

pages en français   pages en portugais   pages en anglais

BIENVENUE

Plantes qui soignent

Céleri

Cerise et griotte

Charbon végétal

Noix de cajou

Stévia

 

Livre d'Or

LIVRE d'OR


 
 

LE CÉLERI, plante aphrodisiaque de Grecs et Romains
(du latin "Apium graveolens")
 
 

 
 

Aipo de cortar
Céleri à couper (apium graveolens secalinum)

Histoire: Le céleri est une plante originaire de la région méditerranéenne. Grecs et Romains l’ont considéré un stimulant aphrodisiaque et de virilité masculine.

Dans la Grèce ancienne, le céleri était un symbole chtonien associé aux divinités qui habitaient les profondeurs de la terre et au culte des morts, probablement à cause de son odeur et de la couleur foncée de ses feuilles, avec lesquelles ils faisaient des couronnes pour les morts. C’est même possible que le céleri ait été utilisé aussi lors du rituel des “mystères” célébrés dans l’ancienne ville de Thèbes et dans les îles de Samothrace et de Lemnos en honneur des divinités chtoniennes appelées Cabires.

Nous trouvons d’autres références littéraires anciennes sur le céleri dans l’Iliade, par exemple, où Homère mentionne que les chevaux des Mirmidons paissaient l’ache des marais (l’espèce sauvage qui est à l’origine des espèces cultivées aujourd’hui) autour de Troie; et dans l’Odyssée, il nous dit aussi que la grotte de la nymphe Calypso était entourée de prairies de violettes et d’ache des marais.

Le céleri jouissait d’un tel prestige auprès des Grecs de l’Antiquité que les couronnes des vainqueurs des Jeux Isthmiques étaient à l’origine faites avec des feuilles de céleri; ce n’est que plus tard que le céleri sera remplacé par le pin. D’après Pline l’Ancien, les guirlandes des vainqueurs des Jeux Néméens étaient aussi en feuilles de céleri.

L’ancienne colonie grecque de Selinunte (Selinus en Latin), en Sicile, a acquis ce non à cause du céleri qui poussait spontanément et en abondance dans la région, et le symbole de la ville était une feuille de céleri; ce symbole se trouve aussi sur les pièces de monnaie de cette ancienne ville.

Les Grecs n’étaient pourtant pas les seuls à avoir utilisé le céleri pour des célébrations liées au culte des morts. Dans le tombeau du pharaon Toutankamon on a aussi trouvé des guirlandes de feuilles et d’inflorescences de céleri.

J’aimerais toutefois attirer l’attention sur le fait que ce n’est pas sûr que toutes ces références anciennes concernent effectivement le céleri, car beaucoup de ces mêmes légendes sont aussi mentionnées par rapport au persil et, dans l’Antiquité, il existait une certaine confusion entre ces deux plantes. J’explique mieux mon raisonnement quand je parle de l’origine du nom de la plante.

Ce n’est qu’à partir de la Renaissance que le céleri a commencé à être cultivé en Europe.

Origine du nom: Le nom scientifique du céleri est apium graviolens L., ce qui signifie "odeur intense" (latin gravis grave, intense, et olens sentir du verbe olere), et la plante appartient à la famille des Apiacées, qui comprend aussi d’autres plantes potagères ou aromatiques comme les carottes, le cerfeuil, le fenouil, la coriandre, les cumins et autant d’autres. Le nom commun en français, ainsi qu’en anglais et dans d’autres langues provient du mot du dialecte lombard seleri (plural de selero) qui dérivait à son tour du bas-latin selenon, mot dérivé de selenon, le nom de la plante en grec ancien. La signification de ce mot était "plante de la lune", car la déesse grecque de la lune s’appelait Selene. La plus ancienne forme grecque du mot trouvée jusqu’à présent est se-ri-no, écrit en Linéaire B, l’écriture syllabique de la période Mycénienne. En portugais et en espagnol le nom commun de la plante vient du latin apium.

Il semblerait que le persil était aussi appelé selenon par les anciens Grecs, c’est pourquoi je me pose toujours la question à laquelle des deux plantes – le céleri ou le persil – appartiennent en vérité les références et les légendes anciennes qui font mention de ce nom. Si au XXIe siècle maintes traductions et transcriptions sont encore source de fautes graphiques et sémantiques, on peut comprendre que ces situations étaient plus fréquentes dans l’Antiquité.

Culture: Le céleri est une plante herbacée bisannuelle, originaire de la région méditerranéenne où elle poussait à l’état sauvage. Ce n’est pas une plante exigeante par rapport au sol et aux besoins en eau ; mais si vous voulez la cultiver dans un bac ou une jardinière il faut l’arroser plus souvent, surtout en été. Surveillez aussi l’apparition des mauvaises herbes. Le céleri supporte des températures entre 5º C et 30º C, mais il préfère plutôt les climats tempérés, avec des températures de 10ºC à 25ºC.

Les variétés les plus cultivées sont dulce (céleri-branche), rapaceum (céleri-rave) et secalinum (céleri à couper). Plantez à une distance de 30 cm; si vous cultivez le céleri dans un bac, celui-ci doit avoir un diamètre minimum de 30 cm.

Les bienfaits du céleri: Les feuilles du céleri sont une source de vitamines A, B e C. La plante est aussi riche en sodium, potassium (antioxydant qui évite la destruction des cellules), phosphore, calcium et oligo-éléments comme le sélénium, ce qui le rend aussi un reminéralisant à ne pas négliger. Le céleri est effectif dans les douleurs rhumatismales, combat la constipation et aide à nettoyer le sang. Il contient des phitoestrogènes, étant ainsi un aliment de choix lors de la ménopause.

Le céleri combat aussi la perte de mémoire, car il contient une substance qui, grâce aux bactéries de la bouche, facilite la vasodilatation et la fluidification du sang, ce qui améliore l'afflux de sang dans certaines zones du cerveau qui, avec le temps, sont moins irriguées. On pense qu’une dose journalière ou, au moins régulière, de céleri peut prévenir certaines maladies mentales associées à l’âge en améliorant cet afflux sanguin cérébral.

Les diabétiques peuvent consommer sans crainte le céleri, en particulier sous forme de jus. À cause de sa faible teneur énergétique, le céleri aide à perdre du poids. Les auteurs anciens lui attribuaient aussi des propriétés diurétiques et des études plus récentes ont pu les confirmer.

Le céleri peut s’avérer bénéfique dans le traitement des psoriasis, du vitiligo et d’autres affections dermatologiques à cause de l’hyperpigmentation provoquée par son application.

Usages communs: Le céleri est une plante potagère merveilleuse qui devait avoir plus souvent une place à notre table. Il est un légume à part entière : on en consomme les côtes et les feuilles, la racine et les graines. Il est mieux toléré cuit, mais si vous le consommez cru, veillez à bien le mâcher pour qu’il ne soit pas mal digéré. Vous pouvez l’additionner à vos potages (feuilles et bulbe), à vos rôtis (surtout les feuilles), pour aromatiser vos omelettes, le riz… Enfin, vous pouvez l’accommoder à presque toutes vos préparations culinaires; certaines personnes l’utilisent même comme aromate pour les liqueurs et le thé.

Frais ou séché, le céleri sert non seulement à aromatiser nos plats mais aussi à les décorer; en plus, il stimule l’appétit et aide au processus digestif. Le céleri doit faire partie d’une alimentation variée.

Séché et pulvérisé, le céleri-rave devient ce qu’on appelle sel de céleri. Il sert à relever le jus de tomate, les crèmes de légumes et les sauces de salade, et il est également employé dans les régimes sans sel.

Lorsque vous achetez du céleri, vérifiez que les feuilles soient bien vertes, car des feuilles et des tiges jaunâtres sont un signe qu’il n’est plus très frais, et la racine du céleri-rave doit former une boule ferme et lourde qui ne sonne pas creux. Le céleri se conserve enveloppé dans un linge humide 3-4 jours dans le bac à légumes du réfrigérateur, mais n’oubliez pas que les légumes et les herbes condimentaires perdent leur nutriments très facilement. Par contre, le céleri conserve bien ses propriétés lors de la cuisson, contrairement à la plupart des aliments qui perdent leurs nutriments très facilement.

Infusion
1 c.à.soupe de racines ou feuilles vertes par litre d’eau

À prendre une tasse 3 fois par jour.

Infusion ou décoction (diarrhée, colites et anémiess)
30 g de feuilles par litre d’eau
À prendre une tasse 3 fois par jour.

Infusion ou décoction (laringite et bronchite)
25 g de racines ou semences par litre d’eau
À prendre une tasse 3 fois par jour. En cas de bronchite asthmatique, sucrer avec du miel et prendre tous les matins à jeun.

Jus de feuilles (néphrite, hépatite, affections fébriles)
À prendre une tasse par jour, partagée en 3 à 4 prises.

Poudre des racines séchées et moulues (cicatrisation de blessures ulcéreuses)
Saupoudrer 2 fois par jour sur des blessures difficiles à cicatriser.

Cataplasme de feuilles (blessures et contusions)
Appliquer deux fois par jour sur la région affectée.

CONTRE-INDICATIONS/SOINS À PRENDRE: le céleri est une plante utilisée comme légume et herbe aromatique au même titre que plante médicinale. Pourtant, il faut surveiller d’éventuels effets secondaires, surtout si la plante n’est plus très fraîche, car il y a des personnes allergiques au céleri qui peuvent développer de l’urticaire, ou éprouver des difficultés respiratoires et d’autres réactions comme un choc anaphylactique. Ceci est dû au fait que le céleri est une plante très succulente qui produit son propre "pesticide" pour se protéger contre les fungi (mycètes). Ce composé chimique s’appelle “psoralène” et, si d’un côté il protège le céleri, d’un autre il peut être dangereux pour certaines personnes.

© Dulce Rodrigues

 

ENVOYEZ VOTRE COMMENTAIRE - J'aimerais avoir votre opinion

 
 



Comment utiliser les plantes?
Comment utiliser les plantes?

Infusions de plantes
Infusions de plantes

 

Suivez Dulce Rodrigues sur Google

Suivez Dulce Rodrigues sur Facebook Suivez Dulce Rodrigues sur YouTube Suivez Dulce Rodrigues sur Pinterest Suivez Dulce Rodrigues sur LinkedIn

 
Copyright © Dulce Rodrigues, 2000-2016. Tous les droits réservés.