CONTACT    ACTIVITÉS    PRESSE    EDUCATION & LECTURE    LIVRES    PLANTES    LÉGENDES    RECETTES


Dulce Rodrigues, écrivain

pages en français   pages en portugais   pages en anglais

BIENVENUE

Plantes qui soignent

Céleri

Cerise et griotte

Charbon végétal

Noix de cajou

Stévia

 

Livre d'Or

LIVRE d'OR


 
 

CERISES, analgésique et diurétique naturels
(du latin "Prunus cerasus")
 
 

 
 

griottes

Histoire: Quand nous parlons de cerises, nous pensons normalement aux cerises douces (Prunus avium), pourtant le vrai cerisier est le griottier (Prunus cerasus), une espèce botanique apparentée mais non inter-fécondable. Parmi les espèces ornementales nous trouvons le cerisier du Japon (Prunus serrulata).

Les griottes ou cerises aigres étaient déjà connues des Grecs aux alentours de 300 av.J.-C. et leur introduction à Rome se doit au général Lucius Licinius Lucullus dans les années 70 apr.J.-C. Lucius Lucullus était non seulement un grand général mais aussi un Romain très cultivé et un fin gourmet. Il avait l’habitude de chercher de nouvelles espèces d’arbres et d’autres plantes lors de ses campagnes militaires et, d’après l’Histoire, il aurait découvert une nouvelle variété de cerisier (aigre) dans la ville de Cerasus, sur les bords de la Mer Noire, en Asie Mineure, et l’aurait rapporté à Rome après sa victoire sur Mithridate VI, roi du Pont.

Les Romains introduisirent par après les griottiers dans tout l’empire, et des siècles plus tard les colons du Massachussetts plantèrent le premier griottier en sol américain.

Au XVème siècle, les griottes étaient un fruit déjà très connu au Portugal pour leurs vertus médicinales. Aux environs de 1755 proliféraient à Lisbonne des établissements qui vendaient des griottes trempées dans une boisson alcoolisée (eau-de-vie) et ce serait ce mélange qui aurait été à l’origine de la fabrication de la "ginjinha", une liqueur portugaise fort prisée des connaisseurs qui tire son nom de "ginja" le mot portugais pour griotte.

Tous les ans au début du printemps a lieu à Washington DC le Festival des Fleurs de Cerisier qui commémore les 3.000 cerisiers que la ville de Tokyo, au Japon, offrit aux États-Unis en 1912. Ces arbres furent plantés dans le Parc du Tidal Basin.

Les fleurs de cerisier sont sacrées en Inde où la tradition veut que toute famille possédant un cerisier ne manquera jamais de rien.

Le Japon et le cerisier: Le cerisier ornemental du Japon (Prunus serrulata) fut depuis toujours un symbole associé aux samouraïs dont la vie était considérée comme belle et éphémère, un peu comme la fleur du cerisier. Le cerisier est aussi associé au hanami (littéralement, “regarder les fleurs”), la coutume traditionnelle japonaise d'apprécier la beauté des fleurs, en particulier des fleurs de cerisier. À partir de fin mars ou début avril, les cerisiers entrent en pleine floraison partout dans le Japon. En 2009 pourtant, la saison des cerisiers en fleurs (hanami) fut marquée à Tokyo par un lancement officiel avancé de cinq jours sur la date habituelle. Le réchauffement climatique serait la cause de ce bouleversement qui préconise des changements climatiques à l’avenir, non seulement au Japon mais au niveau planétaire.

cerisier du Japon

Le cerisier est tellement ancrés dans la culture japonaise que pendant la Seconde Guerre mondiale les fleurs de cerisier furent utilisées comme un symbole servant à motiver le peuple japonais. Les pilotes japonais le peignaient sur les flancs de leur avions avant de partir en mission, et le gouvernement encourageait le peuple à croire que l'âme des soldats morts au combat se réincarnait en fleurs de cerisier.

Origine des noms: Cerisier est le nom au sens large de plusieurs variétés d’arbres originaires de l’Asie et des régions de l’est européen comme la Mer Caspienne et la Mer Noire. Nous avons vu que c’est le général romain Lucius Licinius Lucullus qui rapporta le premier cerisier aigre (griottier) de l’ancienne ville de Cerasus, connue par les Grecs comme Kerasous, et appelée de nos jours Giresun. C’est l’ancien nom de la ville qui a pourtant donné le nom au fruit dans beaucoup de langues. Les Turques l’appelle kiraz; les Anglais, cherry; les Allemands, Kirsch; les Portugais, cereja, et en français c’est cerise .

Quant au mot sakura utilisé par les Japonais pour leur cerisier ornemental, il semblerait qu’il est en fort rapport avec les samouraïs dont la vie était aussi belle et éphémère que la fleur du cerisier, comme nous raconte la Légende du Cerisier.

Culture: Les cerisiers aiment un climat tempéré, des hivers froids et pluvieux, et ils ont normalement besoin d’un sol riche et humide mais bien drainé. Les griottiers sont des arbres plus petits que leurs congénères à fruits sucrés et moins susceptibles aux maladies et autres ravageurs. Contrairement à la plupart des espèces douces, les griottiers sont auto-fertiles.

Les grands gourmands pourront planter des fraisiers au pied des cerisiers, car la comptabilité des deux plantes est excellente et le plaisir de la (saine) gourmandise sera doublement comblé.

Bienfaits des cerises: Les cerises sont une source importante de fer et de vitamine A et riches en fructose et glucose (sucres). Des recherches faites à l’Université de Michigan aux Étas-Unis ont montré que les cerises peuvent être utilisées en tant qu’analgésique dans des cas d’arthrite et de goute, car leur composition chimique naturelle est similaire à celle de l’aspirine et autres antidouleurs, sans pourtant en avoir les contre-indications. Les antioxydants présents dans les cerises sont aussi plus puissants que les vitamines E et C. Mais pour bénéficier de leur action, il faut manger au moins 20 cerises (=1 pilule) par jour – ce qui ne sera sûrement pas une contrainte mais plutôt un plaisir.

En cas de constipation, il semblerait qu’un kilo de cerises par jour pourrait minimiser ou même guérir ce problème.

En phytothérapie (médicine par les plantes) on utilise les queues de cerise ou plutôt des griottes depuis des siècles pour leur action diurétique sûre et sans effets secondaires. Les queues de cerise permettent de nettoyer l’ensemble de l’organisme, en éliminant les toxines accumulées dans le corps. Cette action s’obtient grâce aux antioxydants naturels (flavonoïdes) et aux sels de potassium contenus dans les queues (pédoncules) qui favorisant l’élimination aussi bien urinaire que digestive et combattent par ce fait l’effet "jambes lourdes". Les queues de cerise peuvent aussi aider dans les cas de régimes minceur équilibrés et d’inflammations des voies urinaires lors d’infections urinaires (cystites). Elles favorisent aussi l’élimination des calculs urinaires et traitent les hypertensions modérées.

Utilisations: La plupart des variétés sont cultivées pour leurs fruits, d’autres pour leur bois hautement apprécié, d’autres tout simplement pour la beauté spectaculaire de leur floraison. Les variétés à fruits sucrés sont savourées au naturel comme dessert, les griottes servent à confectionner des compotes ou d’autres préparations culinaires et aussi des liqueurs comme le Kirsch, Cherry, Marasquino, sans oublier la très appréciée liqueur de griottes portugaise (Licor de Ginja).

Dans la région de Bruxelles, en Belgique, les brasseries fabriquent une bière fermentée avec des cerises acides (avec les noyaux); cette sorte de bière est appelée “Kriek”, d’après le nom néerlandais pour cerises acides.

PRÉVENTION: On ne doit jamais mélanger les cerises avec des produits riches en amidon comme les céréales et les pommes de terre et il faut aussi éviter de les manger avec des produits laitiers.

© Dulce Rodrigues

 

ENVOYEZ VOTRE COMMENTAIRE - J'aimerais avoir votre opinion

 
 



Comment utiliser les plantes?
Comment utiliser les plantes?

Infusions de plantes
Infusions de plantes

 

Suivez Dulce Rodrigues sur Google

Suivez Dulce Rodrigues sur Facebook Suivez Dulce Rodrigues sur YouTube Suivez Dulce Rodrigues sur Pinterest Suivez Dulce Rodrigues sur LinkedIn

 
Copyright © Dulce Rodrigues, 2000-2016. Tous les droits réservés.