CONTACT    ACTIVITÉS    PRESSE    EDUCATION & LECTURE    LIVRES    PLANTES    LÉGENDES    RECETTES


Dulce Rodrigues, écrivain

pages en français   pages en portugais   pages en anglais

BIENVENUE

Plantes qui soignent

Céleri

Cerise et griotte

Charbon végétal

Noix de cajou

Stévia

 

Livre d'Or

LIVRE d'OR

 
 

escholtzia

maracujá

papoila

amores-perfeitos

bardana

malva

NOS AMIES LES PLANTES
 
  ... soignent notre santé

J’ai toujours été une passionnée de la Nature, de sa grandeur et sa diversité en général, des plantes en particulier. Est-ce parce que depuis mon enfance j’ai eu la chance de pouvoir jouir d’un jardin chez mes parents ? Je n’en sais rien, mais en vérité je n’arrive pas à vivre sans être entourée d’arbres et de fleurs, quelle que soit la maison ou le pays où j’habite!

Et dans n’importe quel endroit où nous soyons, il y a toujours un bout de terrain qui nous attend et qui nous régale avec de merveilleuses plantes qui, depuis la nuit des temps, constituèrent la première pharmacopée, mise gratuitement à la disposition de l’homme. Spontanées ou cultivées, les plantes furent cueillies et utilisées par l’homme, faisant ainsi partie de la médecine primitive.

L’usage des plantes à des fins préventives et curatives remonte à l’antiquité et le plus ancien traité de médecine connu est la petite tablette d’argile découverte dans les ruines de Nippur, dans l’ancien Sumer, qui se trouve à présent au Musée de l’Université de Philadelphie aux États-Unis. Ce document historique fut écrit par un médecin sumérien anonyme qui vécut au troisième millénaire avant notre ère et qui voulut bien laisser en héritage ses meilleures recettes médicales.

Les Chinois, les Egyptiens et, plus tard, les Grecs tous nous léguèrent aussi leurs écrits sur les fantastiques vertus médicinales de certaines plantes. Dans son fameux traité Corpus Hippocraticu, Hippocrate – appelé aujourd’hui le "père de la médecine" - décrit les infirmités connues à son époque et présente, pour chacune d’entre elles, le respectif traitement à base de plantes. Dioscoride, un autre Grec célèbre, décrit lui aussi dans son traité De Materia Medica des centaines de drogues d’origine végétale, et le non moins notable Claude Galien laissa son nom pour toujours lié à sa "pharmacopée", qui préconisait l’utilisation des plantes naturelles à des fins thérapeutiques.

Les bases de la médecine naturelle ne seraient cependant établies définitivement que par Paracelse, théologien et philosophe grec du XVe siècle.

Le Portugal peut aussi être fier de ses grands pionniers dans le domaine de la Botanique. C’est le cas avec Avelar Brotero et, surtout, Garcia da Horta dont l’œuvre Símplices e Drogas da Índia fait preuve d’études scientifiques de grande portée, qui lui apportèrent une énorme reconnaissance internationale à son époque. Cinquante ans encore avant Garcia da Horta, une minutieuse description de plantes avait déjà été présentée par un autre Portugais, Tomé Pires, qui avait été en Inde pendant le règne du roi Manuel I.

Malheureusement, une époque existe dans l’histoire de l’humanité où un certain "obscurantisme" s'installe qui, main dans la main avec la "soif de profit financier", nous conduit depuis lors au déclin des plantes comme traitement exemplaire contre certaines maladies : les principes actifs qui sont à la base des vertus médicinales des plantes sont obtenus synthétiquement par l’industrie chimique. A première vue, ce fait pouvait nous paraître une bonne chose, mais la vérité est tout une autre : chez les plantes, les substances actives se trouvent dans un état chimique très particulier et se libèrent progressivement dans l’organisme, ce qui a l’avantage incomparable de ne pas provoquer les effets secondaires des médicaments synthétiques sensés avoir les mêmes propriétés médicinales.

Le célèbre botanique suédois, Carl von Linné, considéré le précurseur de la classification des plantes sur base des caractéristiques de leurs fleurs, disait que la flore portugaise est une synthèse des flores de tout le monde, ce qui ne nous étonne pas - la diversité des conditions géographiques, géologiques et climatériques du Portugal permet le développement d’espèces végétales de presque toutes les régions du monde. Malheureusement, les Portugais sont les premiers à ne pas savoir profiter de ces conditions exceptionnelles ; ils n’ont jamais été sensibilisés dans ce sens. Autrement, le Portugal serait le verger, le potager et le jardin par excellence de l’Europe. Espérons que les générations futures s’en rendront compte de cette erreur et sauront la remédier!

Je souhaite que cela se concrétise dans ce troisième millénaire, ainsi que la fusion de la médecine moderne avec la médecine traditionnelle, au moins dans le domaine de la prévention: Paracelse affirmait que “la tâche du médecin est de stimuler la résistance du corps par le moyen de remèdes naturels, afin que l’organisme se soigne lui-même“. Loin de moi l’idée de faire croire que les plantes médicinales peuvent toujours remplacer les remèdes chimiques ; ceux-ci restent à présent encore les seuls susceptibles de guérir certaines maladies, comme la méningite et autres.

Ma satisfaction serait d’autant plus grande si mes articles pouvaient faire naître chez mes lecteurs l’envie de cultiver certaines de ces merveilleuses plantes, soit dans le but de profiter de leur vertus salutaires en infusions, décoctions ou autres utilisations; soit pour agrémenter des plats ou, tout simplement, pour leur parfum ou la beauté de leur feuillage et de leurs fleurs.

© Dulce Rodrigues 

 
 
 



Comment utiliser les plantes?
Comment utiliser les plantes?

Infusions de plantes
Infusions de plantes

 

Suivez Dulce Rodrigues sur Google

Suivez Dulce Rodrigues sur Facebook Suivez Dulce Rodrigues sur YouTube Suivez Dulce Rodrigues sur Pinterest Suivez Dulce Rodrigues sur LinkedIn

 
Copyright © Dulce Rodrigues, 2000-2016. Tous les droits réservés.