CONTACT    ACTIVITÉS    PRESSE    EDUCATION & LECTURE    LIVRES    PLANTES    LÉGENDES    RECETTES


Dulce Rodrigues, écrivain

pages en français   pages en portugais   pages en anglais

BIENVENUE

Plantes qui soignent

Céleri

Cerise et griotte

Charbon végétal

Noix de cajou

Stévia

 

Livre d'Or

LIVRE d'OR


 
 

STÉVIA, le "sucre" des diabétiques
(Stevia rebaudiana)
 

 
 

Le diabète dit sucré est une maladie due à la défaillance des mécanismes de régulation de la glycémie, c’est-à-dire la concentration de glucose dans le sang. La glucose est la principale source d’énergie de notre corps, mais un excès de glucose peut entraîner de graves problèmes de santé. Le diabète peut avoir des origines génétiques ou se développer à cause d’une mauvaise hygiène de vie. Dans les deux cas, la maladie est provoquée par un taux élevé de glucose dans le sang, soit parce que le pancréas ne produit l’insuline nécessaire à l’organisme, soit parque les cellules de notre corps ne réagissent pas à l’insuline produite. Comme nous le savons tous, les diabétiques ne doivent pas consommer de la nourriture sucrée, mais certaines personnes aiment boire leur thé ou café avec du sucre, et même si ce n’est pas le cas, nous apprécions tous de temps en autre l’agréable sensation procurée par un bon gâteau ou une autre pâtisserie.

Je ne suis heureusement pas diabétique, mais dans mon cercle d’amis et connaissances je connais des diabétiques. Comme je suis une passionnée de plantes en général, de plantes médicinales en particulier, j’essaie dans mes recherches de trouver celles qui peuvent soulager ou même guérir les maladies les plus communes. J’ai ainsi découvert la stévia, une belle plante que tous les diabétiques devaient connaître. Sa faible teneur en glucides (sucre) en fait un édulcorant compatible avec les régimes pour diabétiques et les régimes hypoglycémiques.

Stévia

Histoire: La stévia est originaire de l’Amérique du Sud et les Guaranis du Brésil et du Paraguay l’ont utilisée pendant plus de 15 siècles comme édulcorant et dans les breuvages médicinaux. Ils appelaient cette plant "herbe sucrée".

La stévia a été étudiée pour la première fois par le botaniste espagnol Petrus Jacobus Stevus (1500-1556), qui a donné son nom latinisé à la plante. Des siècles plus tard, en 1899, le botaniste suisse Moisés Santiago Bertoni a décrit la plante plus en détail lors de ses recherches au Paraguay. Mais ce n’est qu’en 1931, grâces aux travaux de deux chimistes français, qu’ont été isolés les glycosides responsables par le goût doux de la plante.

La stévia a commencé à être cultivée et commercialisée à l’échelle mondiale au Japon, au début des années 1970, pour remplacer les édulcorants produits artificiellement, tels que le cyclamate et la saccarine, soupçonnés d’être cancérigènes.

Comment cultiver la stévia: La stévia se plaît en plein soleil, dans des sols relativement pauvres, à condition de pas laisser sécher le sol. Il sera convenable de l’arroser tous les deux ou trois jours. Les graines de stévia étant difficiles à germer, les résultats peuvent être décevants, je vous conseille donc d’acheter les plants, puis de les bouturer. Toutefois, si vous préférez les semer, il est mieux de le faire de février à avril, à l’intérieur, en maintenant la température entre les 20-25° C. Veuillez à acheter des graines de Stevia rebaudiana (Stevia est le genre et rebaudiana l’espèce), car seule cette variété est sucrée. La stévia ayant les racines un peu superficielles, je vous conseille aussi de faire un paillis autour des plantes avec une couche de matériel organique (feuilles, tonte de pelouse, paille), afin de protéger leurs racines de la sécheresse.

Si vous n’avez pas un jardin, vous pouvez cultiver la stévia dans un pot. La stévia appartient à la famille des “composées” ou “astéracées”, la plus vaste famille de plantes à fleurs sur Terre. Les tournesols, les asters, les chrysanthèmes et beaucoup d’autres fleurs connues appartiennent aussi à la même famille et... vous n’allez pas me croire, mais la laitue qui est la base de nos salades vertes en fait aussi partie...

Utilisations: Les feuilles de stévia peuvent se consommer fraîches, en infusions ou pour sucrer les boissons et les pâtisseries.

Pour faire sécher les feuilles, disposez-les à plat sur un linge, dans un lieu sec, aéré et, de préférence, ombragé. Environ une semaine après, triez les feuillez et mettez-les dans un récipient à l’abri de la lumière (évitez les sachets en plastique). Lorsque vous en avez besoin, répétez l’opération de séchage des feuilles.

Comme méthode alternative, vous pouvez suspendre les plantes à l’inverse et les laisser sécher aussi dans un endroit sec et aéré. Assemblez plusieurs plantes, mettez un élastique autour du pied, puis donnez la forme d’un “S” à un trombone et introduisez un des bouts dans l’élastique, l’autre bout servira à suspendre chaque groupe de plants à une corde à linge, par exemple. Quelques jours plus tard, lorsque les feuilles auront séché, enlevez-les de la tige et suivez les mêmes pas que pour la méthode précédente.

Pour vos tisanes, les feuilles de la stévia font des merveilles, mais si vous voulez utiliser la plante à des fins culinaires, ce sera mieux de l’utiliser en poudre. Mettez quelques feuilles dans un bol mixeur avec des lames en métal (remplissez jusqu’à moitié), puis branchez la puissance maximale pendant quelques secondes. Au lieu du mixeur, vous pouvez utiliser un moulin à café. Les feuilles seront vite en poudre que vous pouvez conserver dans un récipient en verre.

La durée de conservation des feuilles séchées ou de la poudre ne doit pas dépasser un an.

Bienfaits de la stévia: Le pouvoir sucrant de la stévia étant 30-45 fois supérieur à celui du sucre de table (saccharose), pourtant à faible teneur calorique, la plante peut aisément être utilisée comme édulcorant par les diabétiques. Son goût naturellement sucré est bien plus agréable que celui des édulcorants de synthèse et n’a pas les mêmes facteurs de risque ni effets secondaires. La stévia résiste à des températures (jusqu’à 180° C), ce qui permet son utilisation (sous forme de poudre) dans des préparations culinaires.

Précautions à prendre: La stévia ne présente pas d’effets secondaires, il ne faut pas oublier toutefois que les Guarinis utilisaient l’infusion de stévia comme méthode contraceptive. Leur connaissance à ce sujet était empirique, car ils n’avaient pas de connaissances scientifiques prouvant cette propriété de la plante, mais des études réalisées par des scientifiques de l’Université de Montevideu en Uruguay et de l’Université de Purdue aux États-Unis à la fin des années 1960 ont vérifié qu’une infusion de quelques 15 g de feuilles séchées empêche l’ovulation chez la femme. La bonne nouvelle, par contre, est le fait que si la femme cesse de prendre la tisane pendant dix jours, elle aura à nouveau toutes les chances de tomber enceinte.

© Dulce Rodrigues

 

Références:
1. McCaleb, Rob (1997). "Controversial Products in the Natural Foods Market". Herb Research Foundation. http://herbs.org/greenpapers/controv.html#stevia.
2. Stones, Mike (2011 [last update]). "Stevia wins final EU approval". foodmanufacture.co.uk. http://www.foodmanufacture.co.uk/Ingredients/Stevia-wins-final-EU-approval.
3. "Opinion on Stevia Rebaudiana plants and leaves" (PDF) (Press release). European Commission Scientific Committee on Food. 17 June 1999. http://www.bfr.bund.de/cm/208/stevia_rebaudiana_june_1999.pdf.
4. Bertoni, Moisés Santiago (1899). Revista de Agronomia de l'Assomption 1: 35
5. Bridel, M.; Lavielle, R. (1931). "Sur le principe sucre des feuilles de kaa-he-e (stevia rebaundiana B)". Academie des Sciences Paris Comptes Rendus (Parts 192): 1123–5
6. Brandle, Jim (19 August 2004). "FAQ – Stevia, Nature's Natural Low Calorie Sweetener". Agriculture and Agri-Food Canada. http://res2.agr.ca/London/faq/stevia_e.htm
7. New York Medical College (15 January 2009). "Notice to the U.S. Food and Drug Administration (FDA) that the use of Rebiana (Rebaudioside A) derived from Stevia rebaudiana, as a Food Ingredient is Generally Recognized as Safe (GRAS)" (PDF). p. Document page 26 / PDF page 39. http://www.accessdata.fda.gov/scripts/fcn/gras_notices/grn000282.pdf.
8. Nunes AP, Ferreira-Machado SC, Nunes RM, Dantas FJ, De Mattos JC, Caldeira-de-Araújo A (2007). "Analysis of genotoxic potentiality of stevioside by comet assay". Food Chem Toxicol 45 (4): 662–6. doi:10.1016/j.fct.2006.10.015
9. Malerbi D, Franco L. Multicenter study of the prevalence of diabetes mellitus and impaired glucose tolerance in the urban Brazilian population aged 30-69 yr. Diabetes Care 1992;15:1509-16
10. Journal officiel de la République française du 15 janvier 2010, Arrêté du 8 janvier 2010 relatif à l'emploi du rébaudioside A (extrait de Stevia rebaudiana) comme additif alimentaire [archive] NOR: ECEC0929660A
11. Die Zeit: http://www.zeit.de/wissen/gesundheit/2010-04/stevia-zucker
12. Samuelsson, G.; Bohlin, L. Drugs of Natural Origin: A Treatise of Pharmacognosy. 6th ed., Stockholm, Swedish Pharmaceutical Press, 2010. ISBN 1439838577; ISBN 978-1439838570

ENVOYEZ VOTRE COMMENTAIRE - J'aimerais avoir votre opinion

 
 



Comment utiliser les plantes?
Comment utiliser les plantes?

Infusions de plantes
Infusions de plantes

 

Suivez Dulce Rodrigues sur Google

Suivez Dulce Rodrigues sur Facebook Suivez Dulce Rodrigues sur YouTube Suivez Dulce Rodrigues sur Pinterest Suivez Dulce Rodrigues sur LinkedIn

 
Copyright © Dulce Rodrigues, 2000-2016. Tous les droits réservés.